2019 – Projections


Samedi 5 octobre
____________

Terra Franca de Leonor Teles

18h30 – Médiathèque de Fourras

xuDF2emH (2)

Portugal / 2018 / 82 / Couleur / VOSTFR 

Sur les berges du Tage, au Portugal, un homme vit entre la tranquillité du fleuve et les relations qui le rattachent à la terre. Filmé aux quatre saisons, Terra Franca fait le portrait de la vie du pêcheur Albertino, entouré de sa femme Dália et de ses filles, dont l’aînée s’apprête à se marier. La fin d’un cycle de vie, à hauteur de barque et de regard. 


Lundi 9 Septembre
____________

La Grand-Messe de Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier

21h – Belle du Gabut

La Grand-Messe

France, Belgique / 2018 / 70′ / Couleur / VF

Des Ardennes au col d’Izoard, le long des départementales et sur les sentiers escarpés, une nuée de camping-cars s’élancent pour célébrer le Tour de France. Le soleil réchauffe, les transats sont sortis, les copains arrivent : c’est l’été, la grand-messe commence. Un regard drôle, attendrissant et poignant sur ces passionnés de la plus grande course cycliste du monde.


Jeudi 29 août
____________

Nowhere Line: Voices from Manus Islande de Lukas Schrank

14h30 – Maison d’arrêt de Rochefort

nowhere-line-blackwhite

Royaume-Uni / 2015 / 15′ / Couleur / VOSTFR

le réalisateur Lukas Schrank revient sur le terrible destin de deux migrants détenus illégalement par les autorités australiennes sur une île de Papouasie. Un documentaire dans lequel ces deux Iraniens racontent leur enfermement et leurs vies brisées. Pour faire face à un afflux de demandeurs d’asile arrivant par bateau, l’Australie a créé des centres de rétention dans des états voisins d’Océanie. Elle séquestre ainsi des centaines d’individus, hors de son territoire, hors de tout cadre juridique, dans des conditions déplorables. Parmi eux : Behrouz et Omar, deux Iraniens actuellement détenus sur Manus Island, une île de Papouasie Nouvelle-Guinée.


Samedi 24 août
____________

Festival des Festivals

21h20 – Parc du Château de Surgères

3. Grands Canons - Copie
Cinq ans après la guerre de Samuel Albaric, Martin Wiklund et Ulysse Lefort

Comment grandit-on avec un père irakien absent et une mère juive omniprésente ? Tim, traversé par les grands bouleversements du monde actuel, essaye tant bien que mal d’y trouver sa place.

Grands Canons de Alain Biet

Sur une feuille blanche, un pinceau fait apparaître des couleurs à l’aquarelle. Un objet de la vie quotidienne prend forme, dessiné avec précision par les mains d’un artiste. Puis deux, puis trois, puis quatre… Superposés, condensés, démultipliés, des milliers de dessins documentaires se succèdent en série et s’animent à l’écran, composant une véritable symphonie visuelle des objets de tous les jours. Leur accumulation, aussi fascinant que vertigineuse, nous fait aussi traverser le temps.

 


Lundi 5 août
____________

Courts métrages

22h – Belle du Gabut

1.-Charly-est-vivant-1024x723

La peinture selon Mary de Mathieu Bana et Nicolas Kieffer

Portrait d’une jeune peintre malvoyante, La Peinture selon Mary est un voyage féerique sous le prisme d’un regard singulier. Marilyne nous entraine dans son monde intérieur aux proportions parfaites et nous dessine le monde tel qu’il lui apparait : sombre, mystérieux et parfois hors d’atteinte.

Charly est vivant de Thomas Chansou

Atteint d’une leucémie à l’âge de 6 ans, Thomas Chansou enchaîne depuis d’autres pathologies lourdes et des handicaps liés aux effets secondaires des traitements. Trente-cinq ans plus tard, il témoigne librement sur le sujet avec réalisme, légèreté et humour à travers son personnage Charly Blast.

Enzo de Serena Porcher-Carli

Serena vous emmène en visite chez Enzo. Dans une ambiance intimiste, ce personnage vous laisse entrer dans sa vie, une vie extraordinaire, car il s’agit de celle d’un garçon trans.

Angelika de Léopold Legrand

Angelika a probablement vu trop de choses pour une enfant de 7 ans. Pourtant, sans jamais se plaindre, elle avance déterminée et courageuse. Entre le foyer où elle vit désormais et le chenil où elle va rendre visite au chien de la famille, elle marche la tête haute et le cœur gros.


Mardi 9 juillet
____________

Cinq ans après la guerre de Samuel Albaric, Martin Wiklund et Ulysse Lefort

14h – Maison d’arrêt de Rochefort

2. Cinq ans apres la guerre - Copie

France / 2017 / 17′ / Couleur/ VF

Comment grandit-on avec un père irakien absent et une mère juive omniprésente ? Tim, traversé par les grands bouleversements du monde actuel, essaye tant bien que mal d’y trouver sa place.


Lundi 8 Juillet
____________

Courts métrages expérimentaux

22h – Belle du Gabut

2. Ondes noires - Copie
Give de David de Rozas

Défiant les pratiques documentaires traditionnelles avec des approches expérimentales du montage et du son, GIVE explore les motivations qui poussent Roland Gordon a créer une archive visuelle monumentale de siècles d’accomplissement dans l’Histoire de la communauté noire aux États-Unis, et au-delà.

Ligne noire de Mark Olexa et Francesca Scalisi

Une femme pêchant en eaux troubles, une nature dévastée, et le chant brisé du muezzin, le tout lié par une subtile ligne noire.

Ondes noires de Ismaël Joffroy Chandoutis

Une société ultra-connectée ou les ondes ont envahi presque tous les espaces. Trois personnes intolérantes aux radiations électromagnétiques témoignent de leur survie au sein d’un monde qui leur semble de plus en plus inaccessible.

Yellow Line de Simon Rouby

Le survol d’une étendu désertique nous guide vers une rencontre intrigante : une autoroute qui fend le paysage. En son centre, une ligne jaune, ardente, insolente. En remontant ce curieux fil d’ Ariane, on trouve des machines qui sillonnent les veines et artères de Los Angeles. Inlassablement elles peignent et repeignent ces lignes, dans un manège sans fin. A leur suite nous découvrons une ville-monde, a l’image d’un système qui malgré son disfonctionnement, est encore capable de générer un matériau fascinant, presque par mégarde.


Lundi 10 juin
____________

Grafitti Men Beirut

22h – Belle du Gabut

Graffiti Men Beirut

France / 2017 / 59′ / Couleur / VOSTFR

Dans le cadre du Festival Lord in the West

Qui sont ceux qui colorent les murs de la capitale libanaise? Ce sont les Graffiti Men Beirut, une poignée de graphistes, entre 21 et 37 ans, issus de toutes les communautés du Liban, qui se font les porte-paroles de la jeunesse beyrouthine à travers le graffiti.

 

Bande annonce


Mardi 21 mai
____________

Exils adolescents de Antoine Dubos

15h30 – Lycée Valin (scolaire)
20h – Lycée Valin (tout public)

1_Exils Adolescents © Les films du balibari

France / 2017 / 52′ / Couleur/ VF

Yakouba a 16 ans quand il débarque seul à Lyon. Il rejoint un collectif de mineurs étrangers qui luttent pour leurs droits et en devient un des porte-voix. Arrivés en France en tant que mineurs isolés, ils ont été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance. Mais à l’aube de leur majorité, ils deviennent des sans-papiers aux yeux de la préfecture qui leur demande alors de quitter le territoire. Ce film suit leur parcours dans ce difficile passage à l’âge adulte, au moment où grandir revient à devenir hors-la-loi.

 

Bande annonce


Lundi 13 mai
____________

Courts métrages d’animation

A la tombée de la nuit – Belle du Gabut

One after the other
Cinq ans après la guerre de Samuel Albaric, Martin Wiklund et Ulysse Lefort

Comment grandit-on avec un père irakien absent et une mère juive omniprésente ? Tim, traversé par les grands bouleversements du monde actuel, essaye tant bien que mal d’y trouver sa place.

Egg de Martina Scarpelli

Avez-vous jamais considéré la nourriture comme un choix plutôt qu’un besoin ? Avez-vous jamais considéré votre foyer comme l’endroit rêvé pour être malade en toute sécurité ? Avez-vous jamais ressenti un plaisir sexuel en mangeant quelque chose ? Moi, oui.

Grands Canons de Alain Biet

Superposés, condensés, démultipliés, des milliers de dessins documentaires se succèdent en série et s’animent à l’écran, composant une véritable symphonie visuelle des objets de tous les jours.

Haenyo, les femmes de la mer de