Palmarès 2018

Grand prix du jury 2018
Mention spéciale 2018
Ainhoa, that’s not me

Carolina Astudillo Muñoz

Espagne / 2018 / 98′ / Couleur / VOSTFR

IMAGE SUPER 8 David Domingo, Paola Lagos / IMAGE HD Ivan Piredda / SON Jordi Ribas, Isolé División Sonora, Alejandra Molina / MONTAGE Ana Pfaff / MUSIQUE La Musa / TEMOIGNAGES Patxi Juanicotena Mata, Esther Carrillo, Lluís Subiró, Dave Roca / PRODUCTION Carolina Astudillo Muñoz, Un Capricho de Producciones

Ainhoa Mata Juanicotena est née au sein d’une famille qui a filmé et photographié sa vie pendant de nombreuses années. Durant son adolescence, à la fin des années 80, Ainhoa a commencé à écrire ce qu’elle ne racontait à personne. Ses journaux intimes qu’elle a tenu jusqu’à son décès décrivent une femme différente de celle que connaissait sa famille et ses amis. Des journaux intimes qui dévoilent une multitude de thématiques liées à ce qu’est être une femme et qui ont été traitées par de nombreuses femmes tout au long de l’Histoire. Peu importe le lieu ou le moment, les sujets, les sensations et les émotions sont semblables.

Ainhoa, that’s not me est aussi une chronique alternative à l’Histoire officielle de l’Espagne des années 90, narrée à travers le quotidien de la vie d’une femme.

Doté d’un montant de 2 000 € par le Conseil Départemental de la Charente-Maritime

Terra Franca

Leonor Teles

Portugal / 2018 / 82′ / Couleur / VOSTFR

IMAGE Leonor Teles / SON Rafael Gonçalves Cardoso, Bernardo Theriaga, Joana Niza Braga, Branko Neskov / MONTAGE Luísa Homem, João Braz / ÉTALONNAGE Andreia Bertini / INTERPRETES Albertino Lobo, Dália Lobo, Lúcia Lobo, Laura Lobo, Tiago Castro, Alice Castro / PRODUCTION Uma Pedra no Sapato

Sur les berges du Tage, au Portugal, un homme vit entre la tranquillité du fleuve et les relations qui le rattachent à la terre. Filmé aux quatre saisons, Terra Franca fait le portrait de la vie du pêcheur Albertino, entouré de sa femme Dália et de ses filles, dont l’aînée s’apprête à se marier. La fin d’un cycle de vie, à hauteur de barque et de regard.

Prix du public 2018
TAN

Elika Hedayat

France / 2017 / 71′ / Couleur / VOSTFR

IMAGE Ali Shirkhodaei / CADREURS Ali Shirkhodaei, Elika Hedayat, Omid Alizadeh / SON Amaury Arboun, Vincent Pateau / MONTAGE Maxence Voiseux / MUSIQUE ET COMPOSITION SONORE 9T Antiope (Nima Aghiani, Sara Bigdeli Shamlou) / INTERPRETES Ismaïl Delshad, Alireza Abbassi, Hadi Nosrat-Abadi  PRODUCTION Jonas Film

TAN est un documentaire expérimental qui confronte le rapport entre le corps physique et le corps social de deux générations observées dans lʼIran contemporain. La première génération ayant participé à la guerre Iran-Irak a sacrifié son corps au service de ses idées, alors que la jeune génération au contraire est perdue dans un culte du corps. Cʼest au travers la rencontre avec Ismaïl, Alireza et Hadi que le film illustre son propos en entremêlant la vie réelle des modèles vivants à l’univers plastique des dessins de lʼartiste.

Doté d’un montant de 1 000 € par la CMCAS

Prix des jeunes 2018
D’ici là

Matthieu Dibelius

France / 2018 / 45′ / Couleur / VF

IMAGE Matthieu Dibelius / SON Matthieu Dibelius / MONTAGE Matthieu Dibelius, Solveig Risacher / MONTAGE SON Tristan Pontécaille / PRODUCTION Spectre Productions / DISTRIBUTION Phantom

Koffi conduit des personnes en situation de handicap et à mobilité réduite. Calme et silencieux, il part chaque jour sillonner Paris dans son véhicule. Attentats, état d’urgence, manifestations, campagne électorale : rien ne semble pouvoir interrompre le temps suspendu de son vaisseau qui le tient à distance de l’agitation d’une capitale dans la tourmente.

Doté d’un montant de 1 000 € par le Crédit Mutuel

Mention spéciale 2018
Hayati (ma vie)

Sofi Escude Poulenc et Liliana Torres

France/Espagne / 2017 / 71′ / Couleur / VOSTFR

IMAGE Griselda Jordana, Alberto Borque / SON Gerard Tàrrega / MONTAGE Sofi Escude Poulenc / MIXAGE Marc Bech / MUSIQUE Joan Pons / PRODUCTION Les Films d’Ici, Boogaloo Films

En 2015, Osama Abdul Mohsen et son fils sont malmenés par une journaliste hongroise. La vidéo de cet incident scandalise le monde entier. Symbole malgré lui du sort injuste réservé aux migrants, Osama se voit offrir le poste de ses rêves : entraîneur de football dans un club de Madrid. Mais le rêve vire au cauchemar, car Osama vit séparé de sa femme, de deux de ses enfants et de ses joueurs de jadis, restés en Turquie, dans l’attente d’un visa qui tarde à arriver. Hayati (ma vie) est leur histoire.